MONDIALISATION ET EUROPE

   MONDIALISATION ET EUROPE

      LE RETOUR DU CITOYEN 119  (cf.  patrimoines,  histoire) Ainsi, un devin m’aurait prédit que j’allais assister,

comme  des millions d’ autres femmes ou d’ hommes, à la chute du rideau de fer et à la fin de l’Empire soviétique, je ne l’aurais pas cru. [… LE RETOUR DU CITOYEN120] La chute du mur de Berlin précédait un  élan  de  joie  sans  pareil.  tous les peuples asservis étaient submergés d’une nouvelle espérance. Les autres aussi.

      LE RETOUR DU CITOYEN 120  J’ai  l’honneur et la chance d ‘appartenir à cette toute première génération qui n’a

jamais  été  appelée  sous les drapeaux. […121] L’ Union Européenne a décroché le tocsin de nos campagnes.

      LE RETOUR DU CITOYEN 120  (suite)  L’  idée  de départ des pays européens était de joindre leurs rigueurs pour

réaliser ce qu’ils étaient incapables de faire seuls.

      LE RETOUR DU CITOYEN 129  Par surprise, par manque d’expérience, de clairvoyance, ou plus simplement à cause de

l’absence de visionnaires, nous avons en quelques années laissé dériver notre société vers un  modèle nouveau.

      LE RETOUR DU CITOYEN 129 Les Nations, les États, si patiemment, parfois même si douloureusement construits des siècles

durant,  sont devenus des tigres de papier, incapables de la moindre orientation stratégique.  Tornades et bourrasques financières s’abattent sur nous de manière désormais quasi incessante.

      LE RETOUR DU CITOYEN 142 suite (la gestion en bien commun) permettrait aux peuples et aux pays les plus avancés d’apporter leur contribution

, et de conjuguer leurs actions à celle des peuples qui le sont le moins, et qui vivent se fait quand même dénuement est une misère extrême. Il n’y a alors ni bienfaiteur ni misérable, il y a des frères d’humanité qui travaillent ensemble, sans le moindre esprit de domination et à plus forte raison de colonisation de la part l’autre.

 

      LE RETOUR DU CITOYEN135 le référendum renié

par le pouvoir a constitué une grave erreur. La blessure est restée bien plus profonde qu’on ne le pense. Même s’il n’a rien dit, le peuple a eu le sentiment qu’il était de trop, qu’il n’était plus en mesure de comprendre, qu’il n’avait plus sa place, faute de compétence, dans les grandes orientations de la cité. venu précisément de France, ce signal a profondément marqué aussi les autres  peuples d’ Europe et du monde. Nous aurons fatalement de nouveaux rendez-vous avec le prolongement de cet acte manqué. Peut -être même dans des circonstances dramatiques.

      LA PAROLE DONNÉE 218 – 256 La délocalisation annoncée de l’ usine Toyal. La grève de la faim

 

      LA PAROLE DONNÉE 231 – grève de la faim ;

il m’est devenu insupportable que des hommes seuls, aussi puissants  soient-il, puissent décider du sort de dizaines de familles, de leur vie ou de leur mort, et du devenir de notre  territoire déjà en lambeaux. Durant ce jeûne, je prendrai tout le temps nécessaire pour parler à tous ceux qui pourraient être intéressés par mon sentiment sur quelques faits précis, révélateurs du dysfonctionnement qui depuis longtemps mine insidieusement l’édifice de notre société, la rendant chaque jour plus injuste, inhumaine et pour tout dire effrayante.

LA PAROLE DONNÉE 253 grève de la faim ; les missives qui me parvenaient du monde entier prouvaient que mon acte avait résonné dans le cœur et dans l’âme de bien des habitants de cette planète.

      LA PAROLE DONNÉE 265 mondialisation et souverainisme.

Après la seconde guerre mondiale. Que les dirigeants de pays aussi avancés que la Russie ou l’Allemagne aient pu planifier de tels massacres laisse sans voix. Quant à la France, si elle n’impulse pas le mouvement de l’horreur, elle le suit. Nos rodomontades actuelles n’y font rien : en novembre 1942, près de 90 % des Français plébiscitaient encore le régime de Pétain. Notre incapacité à la résistance face au désastre ne date donc pas d’hier.

      A LA RENCONTRE DES FRANÇAIS 146 transport fluvial

Nous sommes désespérés (nous professionnels du transport fluvial et maritime )qu’un pays comme le nôtre, qui se pique de développement durable et de protection de la nature, n’ait pas une tout autre politique à notre égard, Nous sommes parfaitement compétitifs à tous les niveaux : peu de pollution, pas de niveau sonore, des coûts de transport imbattables tout les matériaux lourds et pondéreux,